Suie blanche

Voonoo (cri d’une jeunesse désabusée)

  • 24 août 2015

À vie ! Les cendres folles du feu de notre honneur déçu
Les fientes des digestions de nos viandes jadis vivantes
Les gestes retenus figés par vos erreurs
Vos horreurs en vos mémoires trou noir
À vie ! Les fantasmes défunts de la grande fierté défiante
Les cadavres qui verdissent à l’encolure de vos permissions encadrées
Ces vieilles peaux rosées, ces enfants désossés, névrosés des outils
navrants de vos opérations d’opérette dedans la tête
À vie ! Tous les vices nouveaux que, novices, nous avons à revaincre
À vie ! Nos voix muettes, nos chances d’échecs et nos victoires
À vie ! Les recherches de nos spectres et vos petits psys, à mort !
À vie ! Nos viandes avariées qui auraient pu vivre
À vie ! Laissez-nous nous suivre
Tâtonnant nos pouls au lieu de vos montres
Ivres victimes de nos alambics saouleries
Les veines, des racines sans raison
Être pour le fait d’être contre
À vie ! À vie ! À vie !
Pouvoir répandre notre avis
Comme du sperme de cervelle
Verser la vie dans votre mort
L’envie de déverser une seule idée
Dans vos verres vides

 

 

 

Partagez : Facebooktwittermail
Suivre Loui :Facebooktwitteryoutube