Suie blanche

Ver solitaire

  • 10 octobre 2014

Un long sifflement sans écho
Seul comme un suicide, seul, un télégraphe dans la cohue,
un message sans destinataire
Seul, au seuil de l’âme absente, seul, nuit récurrente
Un rocher dans le sel mouillé, une pierre lancée en l’air,
une verte fougère d’hiver
Seul dans les vertiges et seul
Un agriculteur du désert, un cromagnon sur Ste-Catherine
Au seuil de l’âme absente, seul, en quête démente
Seul comme un amant des menteuses, Satan chez les aimantes religieuses
Seul, l’exorcisé de ses valeurs
Désolé, immolé et seul
Par les brûlantes lampes qui l’allument et s’éteignent
Le laissant là… tout seul

 

 

 

Partagez : Facebooktwittermail
Suivre Loui :Facebooktwitteryoutube