Élévations & autres poudreries

Un nid sur le fleuve

  • 2 mars 2016

La fin du jour
Qui sous les feuilles
Projette ce qu’il a pour demain
Chacun met son chant à la portée des vagues
Assez d’arbres pour calmer une tempête
Des fleurs soudaines qui ramènent sur terre
Toute la beauté imaginée dans les nuages
Des saules qui rient des rayons emmêlés dans leurs cordes
Et d’autres, des étoiles au bout de leurs tiges
Comme du givre suspendu dans le vent

Être avec le vent peu importe s’il fait du sens
Dans ses cernes maritimes
À traverser en bouffées les sapins
Pour que vibre chaque pinson
Mon ombre qui s’étire
Et qui va se blottir
Dans le coucher
L’oiseau rare qui migre avec le jour
Jusqu’à l’Ile pâle
Dernier contraste grouillant dans la nuit






Partagez : Facebooktwittermail
Suivre Loui :Facebooktwitteryoutube