Neige sale

Tempête fondue

  • 10 novembre 2014

Tellement de sanglots retenus
Aux glandes bouffies de novembre
Des nuages de neige
Comme des amygdales négligées

Ils éclatent par froid
En expansion de leurs larmes
Flottants flocons de mauvais temps
Dans l’orgueil d’une saison

Ce sont des chagrins à rebours
De vieilles peines rengainées
Malgré le cran du ciel
À les vouloir refoulés

Dans le vent blanc qui les allège
Et qui les sculpte à son emblème
Avant de les laisser s’échapper
Blancs comme neige

Les voici virant en vrilles
Évoluant en rires déviants
Assourdissant leur sombre rime
À l’origine
Et devenant cristaux liquides
Quitte des angles de leurs pentes
Aux nappes chaudes de fin de frime
Neige fondante

De pleines pluies clouées au sol
Novembre flasque, relâché
Dernières beuveries avant l’hiver
Des maux glaçants qui font baver
L’écume blanche

 

 

 

Partagez : Facebooktwittermail
Suivre Loui :Facebooktwitteryoutube