Élévations & autres poudreries

Sac à puces

  • 24 juin 2014

Abattu
Le chien
Les oreilles
Les puces repoussées à grandes griffes
La chair labourée de la bête
Ébouriffée
La fourrure
Les oreilles
Et l’odeur de la peau tannée
Le chien
Au festin des flaques
Des hors d’œuvres d’ordures
Et des fins charmes des chaleurs
Le chien
Battu
Ne demandant plus que la nature
Comme témoin
Les oreilles
Comme parures
Pour savoir où s’engouffre le vent
Ne plus se reconnaître
Lorsqu’on nomme son maître
Le chien

 

 

 

Partagez : Facebooktwittermail
Suivre Loui :Facebooktwitteryoutube