Suie blanche

L’indépendant

  • 21 février 2016

Mes poches siphonnées
Trouées par la corne des doigts
J’ai tout perdu
Mes autres mains
Ma crête bleue
Mon essence

Clochard décharné
Les mains amputées de magie
Refusant la quête
Trente sous filial
Fin de fierté
Ma dépendance

À jamais dépossédé de proses
Le pauvre qui s’enlise
Mes peurs fanées
Bouquet funeste
Le lys noir
La décadence

Le corps criblé au cœur
Le tatoo qui déteint
Mon mal déloyal
Sang bleu
Un grand adieu
Désoxygéné

 

 

 

Partagez : Facebooktwittermail
Suivre Loui :Facebooktwitteryoutube