Neige sale

Le Réveil

  • 26 septembre 2014

Le corps au sol calmement déposé
Les rideaux qui s’abattent
Les interdits libérés
Les yeux tirés à l’horizon

Le ciment se voit soudainement transformé
Les épousailles de nos formes
Tel un lit rembourré
Le confort de l’âme qui sommeille

Les vieux meubles deviennent inutilisables
Délaissés, presque refoulés
Les tables se retrouvent au foyer
Elles émettent mille sons trop aimables

Le corps calmement s’extirpant de ses songes
Les genoux et les coudes en caresses
Balayant la poussière qui reste
Les bribes des longs rêves en cascades

Souvenance soudaine de la douleur délirante
En réflexe notre main au visage
Le rappel de la chute trop dure
Et l’envol de l’esprit dans l’oubli du tangible

Et voilà désormais cet amant du plancher
Se traînant au doux confort des tuiles
La vie de larve sera-t-elle plus facile
Que la danse dans le ring des malheurs?

 

 

 

Partagez : Facebooktwittermail
Suivre Loui :Facebooktwitteryoutube