Suie blanche

Lambeaux

  • 29 septembre 2015

Laisse la poussière calmement retomber sur tes idées
Les idées mouillées dans la poudre de ton gun mon homme
Ouvre tes portes à la saignée hiérarchique des mantes
Des menteurs qui régurgitent sans fin ton nom

Laisse faire. Laisse aller. Laisse tomber
Prend la mon chien chien, reste couché, fais le mort
Décalque la gale qui recouvre ton effrayante
Celle que d’autres appellent la vie

Life est une marque de céréales
Vas-y, mets de l’eau dans ton vin, mets du lait dans tes veines
La vie est équilibrée avec les quatre groupes d’aliments
Mais l’Homme l’est moins. L’Homme a faim. L’Homme est fin

Cherchant longtemps la poutre
Celle qui est lisse et pointue, celle qui pointe du doigt
Le prochain empalé, le gros lot d’une retraite en RÉER
Où la secrétaire à la peau lisse, suce la pointe et se tue

Tu penses trop, arrête de t’en faire, va magasiner
Habille-toi de l’habile maladie du pourvoyeur
De l’incommensurable mont de la pia$$$
Les esprits volent bas, fais attention où tu marches

 

 

 

Partagez : Facebooktwittermail
Suivre Loui :Facebooktwitteryoutube