Suie blanche

Glacier de nuit

  • 25 novembre 2014

Construit de granite et de glace
Nullement nanti pour soutenir le soleil
Une main déposée sur la brunante
Et l’autre sur l’aurore

Mon œil est la lune sans paupière
Veillant sur le sommeil des ombres
Balayant en ondes les eaux bleutées des mers
Et l’absence désirée de votre présence

Mon front est constellé d’idées miroirs
Une poudre d’éclats de vérités
Criant les chaleurs diffuses
De sa longue mémoire

Ma bouche est autant de sillons des vallées
Des rivières pétrifiées des torrents
Des sables instables en suspens
Figés dans le verre des neiges solides

Ma chair est déchaînée
Progression de glacier
La slush d’une traînée de l’escargot baveux
Qui n’a d’égal que son ego nocturne

Les lacs des choix et des actes ramassés
Dans l’indécente descente
Ma noire nappe glacière
Et mon ère de nuit dans votre air
Granite fondu de jour
Et puis reconstruit en pépites

 

 

 

Partagez : Facebooktwittermail
Suivre Loui :Facebooktwitteryoutube