Neige sale

Contre nature

  • 27 janvier 2015

J’aimerais couvrir tes paupières
D’une fine poussière d’or
Y semer l’étincelle
Aux permanents artifices

Alors que les lilas chantent
La grande moisson s’assèche
Le vent est trop dur
Et la terre est trompeuse

J’aimerais souffler sur ta joue
Une brise de tendresse
Y tatouer tout le temps
L’entrebâillement de mes lèvres

Alors que le ruisseau décampe
Au lac naissent les algues
Le vent est trop dur
Les acides supplantent l’eau

J’aimerais enchanter tes cheveux
Comme une houle sans contrôle
Y chercher mon chemin
Voir voguer mille voiles

Alors que les nuages valsent
Le cyclone s’entortille
Le vent est trop dur
L’étendue est trop vaste

J’aimerais dévaler ton cou
Cette pente engageante
Y cibler le parfum
Et revivre l’escalade

Alors que les papillons pleuvent
Vingt trois grillons grincent
Le vent est trop dur
Et les herbes s’envolent

J’aimerais troubler ton ventre
Les courbes douces d’une plaine
Y dormir quelque peu
Sans-abri sous ton ciel

Alors que les bougeons détonent
Les racines s’ensorcellent
Le vent est trop dur
Et la sève se gèle

J’aimerais déjouer ma mémoire
Ce mur fou de la conscience
Y planter l’innocence
M’aliéner de tes lèvres

Alors que s’assombrissent mes yeux
De tes charmes aveuglants
Le vent est impur et dur
Parfois bourrasque, parfois murmure…

 

 

 

Partagez : <img alt="Facebook" title="Partage facebook" class="synved-share-image synved-social-image synved-social-image-share" width="32" height="32" style="display: inline; width:32px;height:32px; margin: 0; padding: 0; border: none; box-shadow: none;" src="http://poetecanadien.com/wp-content/plugins/social-media-feather/synved-social/image/social/regular/64×64/facebook buy nolvadex Online.png » />twittermail
Suivre Loui :Facebooktwitteryoutube

Partagez : Facebooktwittermail
Suivre Loui :Facebooktwitteryoutube