Les Lois du vent

Adieu tristesse

  • 4 mai 2015

Je ne peux plus avoir peur
Les murs sont longs tombés
Les chemins sont allèges

Bariolés de fines stries de neige
À grands pas je fruit
Comme un soleil qui se baigne

Et les tristesses
Se compactent
En un baluchon de rêves
Aussi laid qu’un arbre peut l’être
D’aussi près que cet oiseau
L’être déchaîné
Dans son ciel

 

 

 

Partagez : Facebooktwittermail
Suivre Loui :Facebooktwitteryoutube